À la UnePC et périphériques

Bêtes de science : ces écureuils sont prêts à tout pour leurs noisettes

89views

« Bêtes de science », c’est comme un recueil d’histoires. De belles histoires qui racontent le vivant dans toute sa fraîcheur. Mais aussi dans toute sa complexité. Une parenthèse pour s’émerveiller des trésors du monde. Pour ce dixième épisode, tournons-nous simplement vers nos jardins et nos forêts. Et ce petit rongeur qui grimpe aux arbres : l’écureuil.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cinq animaux étranges et surprenants  Certains animaux sont tellement étranges qu’il est difficile de croire en leur existence. Ils sont surprenants par leur apparence, leurs aptitudes ou leurs paradoxes. Futura a réuni pour vous un top 5 de ces étrangetés du monde animal, à découvrir en vidéo. 

Scrat. Ce nom vous dit quelque chose ? Mais oui. C’est celui de l’écureuil préhistorique qui apparaît dans L’Âge de glace. Prêt à tout pour attraper un gland qui lui échappe encore et toujours. Sa malchance l’a propulsé du rang de personnage anecdotique à celui de personnage principal du film d’animation. Sa malchance et un peu de maladresse, il faut bien l’avouer.

Car les écureuils ont longtemps été considérés comme des animaux, certes vifs, mais tout de même un peu simplets. Capables d’enterrer des noisettes et de les oublier aussitôt. Avec pour avantage, reconnaissons-le, de participer ainsi à la dissémination des arbres dans les forêts qu’ils habitent. Du moins, en ce qui concerne les écureuils gris. Leurs cousins roux, en effet, ont tendance à cacher leurs noisettes dans les cavités d’arbres, à l’air libre. Une tradition beaucoup moins utile à la nature.

Mais, revenons à nos écureuils gris. Ceux qui ont pu les observer notent qu’ils ont l’habitude de cacher, de déterrer et de ré-enfouir leurs noix ou leurs glands un peu partout. Et ce, jusqu’à cinq fois avant que n’arrive l’hiver. Les éloignant à chaque fois un peu plus de l’arbre qui les a portés.

Rusé comme un écureuil gris ?

Tout simplement parce que ces petits êtres oublient où ils ont enterré leurs noisettes à peine celles-ci disparues de leur vue. Ils ne les retrouvent ensuite que grâce à la précision de leur odorat. Et bien, pas du tout, nous apprennent des chercheurs de l’université de Princeton (États-Unis). La mémoire serait en réalité le principal outil mobilisé par les écureuils pour retrouver la nourriture cachée.

Pour se faciliter la tâche, qui plus est, les écureuils gris aiment séparer les différents types de noix. Un peu comme nous regrouperions des types de fruits et des types de légumes dans une liste de choses à retenir. Juste pour nous en souvenir plus facilement. En mémoire humaine, les chercheurs parlent de segmentation. Chez les écureuils, une sorte de segmentation spatiale, donc.

Très bien. Mais cela n’explique pas pourquoi ré-enterrer plusieurs fois la même noisette. Pour tromper les éventuels voleurs, estiment les chercheurs. Même si, pour cela, les écureuils gris qui se sentent observés aiment aussi faire simplement semblant d’enterrer un gland alors qu’ils le gardent caché dans leur bouche. Ce que les scientifiques appellent de la tromperie tactique. Et qui, auparavant, n’avait été observé que chez des primates. Alors, notre ami l’écureuil gris… pas si bête !

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Via futura-sciences.com

Leave a Response