" /> Xiaomi Mi A3 vs Redmi Note 7 : lequel est le meilleur smartphone ? – Comparatif | Sendigital
AndroidAstucesJeux-VidéosMarquesMobilePlaystationXiaomi

Xiaomi Mi A3 vs Redmi Note 7 : lequel est le meilleur smartphone ? – Comparatif

Xiaomi accroît sa présence sur le segment du milieu de gamme avec un nouvel arrivant : le Mi A3. Il a la particularité de proposer une expérience pure sous Android, mais, mis à part cela, a-t-il d’autres arguments pour se différencier du champion actuel du rapport qualité/prix ? On veut évidemment parler du Redmi Note 7… À l’aide de notre comparatif détaillé, découvrez lequel des deux appareils chinois est le meilleur smartphone à avoir dans sa poche en 2019.

L’un sous Android One, l’autre sous MIUI, leurs philosophies différentes font qu’ils ne se concurrencent pas directement. Pourtant, les deux smartphones proposent quelques caractéristiques communes qui peuvent mettre le doute, en commençant par la fiche technique, mais aussi au niveau du prix : moins de 250 euros.

Xiaomi Mi A3
Xiaomi Redmi Note 7

Une question se pose alors : quel est le meilleur smartphone entre un Xiaomi Mi A3 et un Xiaomi Redmi Note 7 ? Design, performances, photo, autonomie… Découvrez notre comparatif détaillé opposant les deux smartphones !

Fiches techniques

Modèle Xiaomi Mi A3 Samsung Galaxy A50
Version de l’OS Android 9.0 Android 9.0
Interface constructeur Android Stock Samsung One UI
Taille d’écran 6.01 pouces 6.4 pouces
Définition 1560 x 720 pixels 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 286 ppp 403 ppp
Technologie Super Amoled Super Amoled
SoC Snapdragon 665 Exynos 9610
Processeur (CPU) ARMv8 ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 610 Mali-G72 MP3
Mémoire vive (RAM) 4 Go 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go 64 Go, 128 Go
MicroSD Oui Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 48 MP
Capteur 2 : 8 MP
Capteur 3 : 2 MP
Capteur 1 : 25 MP
Capteur 2 : 8 MP
Capteur 3 : 5 MP
Appareil photo (frontal) 32 MP 25 MP
Enregistrement vidéo 4K 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac) Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE 5.0 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28) 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
NFC Non Oui
Capteur d’empreintes Oui Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C USB Type-C
Géolocalisation Oui Oui
Batterie 4030 mAh 4000 mAh
Dimensions 71.9 x 153.5 x 8.5mm 74.7 x 158.5 x 7.7mm
Poids 174 grammes 158 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Bleu Noir, Blanc, Bleu, Corail
Prix 213€ 263€
Fiche produit | Test Fiche produit | Test

Design : match nul

Si le Mi A2 a voulu s’éloigner de la mode de son époque en proposant un design plus traditionnel, le nouveau Xiaomi Mi A3 préfère quant à lui jouer la carte de la conformité. C’est alors sans surprise que l’on retrouve des bords particulièrement arrondis ou encore l’encoche en forme de gouttelette, des éléments définitivement distinctifs de l’appartenance à la fournée des smartphones de l’année 2019. Le design est donc connu de tous, mais force est de constater qu’il est bien maîtrisé par Xiaomi. Les bordures autour de l’écran sont peut-être un peu visibles, mais cela n’a en revanche rien de bien surprenant pour un smartphone de cette tranche tarifaire.

Le dos du téléphone accueille une surface en verre semi-transparent (avec des stries lumineuses de toute beauté sur les versions bleues et blanches) et le module triple capteur photo dont on parlera un peu plus tard. Les mentions « Xiaomi » et « Android One » sont d’ailleurs maintenant orientées en mode paysage, un peu comme le fait Huawei sur ses smartphones.

En comparaison des anciens modèles de la gamme, le Xiaomi Redmi Note 7 apporte également une belle évolution au niveau esthétique. L’encoche est discrète grâce à sa forme en goutte d’eau et les bordures autour de l’écran sont réduites le plus possible, mais tout de même visibles. L’effet borderless est bien là, mais ne vous attendez pas à la finesse des smartphones premium, ce qui est encore une fois difficilement reprochable sur cette gamme de prix.

Au dos, on retrouve également une belle surface en verre protégé par du Gorilla Glass, le tout avec de beaux reflets nuancés du plus clair au plus foncé. On note également la présence du module photo en haut à gauche, ainsi que le capteur d’empreintes au centre, alors que le Mi A3 le propose sous l’écran.

L’appartenance à la même maison de fabrication se ressent clairement. Les deux smartphones proposent un design quasi identique, où l’un comme l’autre rentrent d’ailleurs parfaitement dans le moule de 2019.

Écran : un bon IPS LCD aurait fait l’affaire

Si vous avez aperçu la fiche technique du Xiaomi Mi A3, vous avez sûrement été agréablement surpris de voir qu’il possèdait une dalle AMOLED de 6 pouces. On est malheureusement loin de la qualité de chez Samsung. L’écran profite bien de la technologie aux contrastes infinis, mais affiche une simple définition HD+ de 1 520 x 720 pixels. La densité de pixels se retrouve alors fortement amoindrie, atteignant ici seulement 286 ppp (contre 403 ppp pour le Galaxy A50). Pour couronner le tout, la luminosité maximale est loin d’être suffisante pour faire face aux rayons ardents du soleil caniculaire et la température des couleurs est quant à elle bien trop froide. On peut aimer, mais on regrette fortement que cela ne soit pas réglable au gré de l’utilisateur dans les paramètres du téléphone.

En ce qui concerne le Redmi Note 7, il propose le choix logique sur cette gamme de prix : un écran IPS LCD de bonne facture, ni plus, ni moins. Ce dernier s’étend sur une diagonale de 6,3 pouces et affiche une définition Full HD+ de 2340 x 1080 pixels. Il est contrasté, avec des couleurs justes, des angles de visions corrects et une forte luminosité qui lui permet d’être consulté en plein soleil. Tout ce qu’on demande à un smartphone de cette tranche tarifaire donc. Et si cela ne convient pas à vos attentes, vous serez heureux d’apprendre qu’un petit tour dans les paramètres du téléphone permet de régler tout cela à votre guise.

On se demande vraiment pourquoi Xiaomi n’a pas réutilisé l’écran de son Redmi Note 7 pour son Mi A3. Cette technologie pourtant formidable n’est définitivement pas exploitées à son plein potentiel et c’est vraiment dommage.

Logiciel : la pureté impose ses limites

Faisant partie du label Android One, le Xiaomi Mi A3 tourne sous Android 9.0 Pie avec une interface pure et sans fioritures, comme Google l’a conçu initialement. C’est simple et agréable à utiliser au quotidien, où rien n’est ajouté par le constructeur pour alourdir l’expérience. De plus, c’est l’assurance de recevoir 2 ans de mises à jour majeures et 3 ans de mises à jour de sécurité. Un argument qui fait la différence, surtout pour celles et ceux qui ne sont pas attirés par MIUI à la base et qui aimeraient tout de même posséder un smartphone de la marque. Cependant, cette interface manque d’un brin de personnalisations pour corriger les défauts du smartphone, notamment ceux au niveau de l’écran.

Ne faisant pas partie du label Android One, le Redmi Note 7 propose quant à lui la célèbre interface du constructeur chinois : MIUI. L’expérience utilisateur est souvent assimilée à iOS. Comprenez par cela : tout se passe sur l’écran d’accueil et il n’y a pas de tiroir d’applications — même si Xiaomi songe à son implémentation pour sa prochaine mise à jour majeure. Elle représente d’ailleurs une bonne porte d’entrée dans l’univers Android pour les anciens possesseurs d’iPhone. De plus, cette interface est hautement personnalisable (affichage des notifications, modification des boutons de navigation, thème sombre, etc.).

La pureté de l’interface Android One est un régal au quotidien. On apprécie également le suivi logiciel exemplaire, d’autant plus que le Mi A3 sera parmi les premiers à profiter d’Android 10 Q. On regrette néanmoins son manque de personnalisation face aux interfaces des constructeurs qui, elles, en regorgent.

Performances : l’Adreno 610 fait des miracles en jeu

Petite montée en gamme pour le Xiaomi Mi A3 qui embarque le Snapdragon 665, un nouveau SoC milieu de gamme de la maison Qualcomm. Cette puce partage la même architecture que le Snapdragon 660, à une exception près : l’Adreno 512 est remplacé par l’Adreno 610. Ce nouveau GPU permet tout simplement de réduire la consommation énergétique, tout en augmentant les performances. Cette différence de puissance se ressent surtout en jeu pour un gain de fluidité très apprécié. Il est en effet capable de faire tourner des jeux gourmands comme RAID en qualité ultra à 30 et 60 fps. Un bel exploit.

En intégrant le Snapdragon 660, le Redmi Note 7 propose lui aussi une montée en gamme en comparaison de ses prédécesseurs qui intégraient le Snapdragon 632. Cette puce fournit d’ailleurs toujours d’excellentes performances. L’expérience utilisateur est toujours fluide et quelques jeux gourmands comme PUBG sont jouables — même si les conditions graphiques ne sont pas optimales.

  Xiaomi Mi A3 Redmi Note 7
SoC Snapdragon 665 Snapdragon 660
AnTuTu 7.x 140 504 144 013

En consultant les scores du tableau, vous pouvez constater que les deux puces fournissent une puissance plus au moins équivalentes. En revanche, le Xiaomi Mi A3 est plus adapté pour celles et ceux qui jouent régulièrement sur mobile.

Photo : un manque de polyvalence qui fait la différence

Le Xiaomi Mi A3 continue de monter en gamme comparé à son prédécesseur, en embarquant cette fois-ci un module triple capteur photo. Il se compose d’un principal de 48 mégapixels et d’un second ultra grand-angle de 8 mégapixels, le dernier de 2 mégapixels servant surtout pour la profondeur de champ.

L’expérience photo est globalement réussie et c’est une bonne surprise sur cette tranche tarifaire. De jour, l’appareil converse un bon niveau de détail, avec des couleurs toujours proches de la réalité. Même en intérieur avec peu de luminosité, il parvient à capturer un cliché exploitable en faisant les bons compromis entre lissage et bruit. De nuit, on ne peut malheureusement pas faire les mêmes éloges. Son capteur ne reçoit tout simplement pas assez de lumière pour produire un résultat convenable. Son zoom x2 numérique est clairement anecdotique, mais son mode ultra grand-angle est néanmoins intéressant pour capturer un panorama, même si quelques distorsions sont visibles.

Le Redmi Note 7 intègre quant à lui un double capteur 48 + 5 mégapixels. Il est d’ailleurs important de préciser que Xiaomi a choisi le capteur Samsung GM1 et non le Sony IMX586, lui aussi de 48 mégapixels et utilisé par le Xiaomi Mi 9, le flagship de 2019.

Ceci étant dit, cette configuration offre tout de même des résultats corrects sur cette gamme de prix, même si on regrette le manque de polyvalence. De jour, le résultat est bon lorsque les conditions sont réunies, avec une bonne gestion de la dynamique et des couleurs proches de la réalité. La situation est évidemment plus délicate en basse lumière et son mode « nuit » n’y change rien malheureusement, notamment avec des couleurs qui deviennent de plus en plus fades et un bruit numérique qui n’arrange pas vraiment les choses.

La qualité des deux appareils photos est sensiblement similaire, on regrette seulement que le Redmi Note 7 commence à être dépassé par son manque de polyvalence.

Batterie : le Redmi Note 7 toujours au top

L’année dernière, il fallait se tourner vers la version Lite du Mi A2 si l’on voulait un smartphone autonome. Aujourd’hui, le Xiaomi Mi A3 propose une grosse batterie d’une capacité de 4 030 mAh. En cumulant son GPU peu gourmand, la faible définition de son écran et la légèreté de l’OS, le smartphone chinois possède une endurance à toute épreuve. Il peut facilement tenir deux jours, voire plus si votre utilisation est modérée. Pour la recharge, il est compatible la charge rapide jusqu’à 18W, mais n’est fourni qu’avec un chargeur 10W. Dommage.

Le Xiaomi Redmi Note 7 embarque quant à lui une plus petite batterie de 4 000 mAh, mais arrive à faire mieux. Lors de notre test à sa sortie, il est tombé en dessous des 5% après 67 heures d’utilisation, soit près de 3 jours à ne pas se soucier de recharger son smartphone. Un score élevé qui le place définitivement en haut du panier des smartphones à recommander pour leur autonomie en 2019. Il faut tout de même préciser qu’il fait en revanche moins bien que son légendaire prédécesseur, le Xiaomi Redmi Note 5, pour cause d’un processeur plus énergivore qu’auparavant. La recharge est néanmoins son point faible : il faut deux bonnes heures pour passer de 0 à 100 %.

Sur notre test personnalisé Viser, le Xiaomi Mi A3 a tenu 12 heures et 7 minutes. Une score honorable, mais toujours moins bon que le Redmi Note 7 et ses 12 heures et 37 minutes.

Conclusion : lequel est le meilleur smartphone ?

Le Redmi Note 7 reste et restera le champion du rapport qualité/prix, du moins jusqu’à l’arrivée de son successeur. Bien que proposé avec quelques euros de plus, le Xiaomi Mi A3 est tout de même une bonne alternative pour celles et ceux qui veulent avant tout profiter d’une expérience utilisateur épurée sous Android One. On note également de meilleurs graphismes en jeu et une polyvalence appréciée en photo, mais le smartphone Android pur du constructeur chinois souffre de quelques lacunes : son écran et son manque de personnalisation. Vous voilà prévenu.

Si après ce comparatif, vous hésitez toujours, allez donc jeter un coup d’œil à nos tests complets :

Prix et disponibilité

Le Xiaomi Mi A3 est vendu dans sa version 64 Go à 249 euros.

Où acheter le Xiaomi Mi A3 au meilleur prix ?

Concernant le Xiaomi Redmi Note 7, il est commercialisé à 199 euros pour la version 32 Goà 229 euros pour la version 64 Go et à 259 pour la version 128 Go.

Où acheter le Xiaomi Redmi Note 7 au meilleur prix ?

FAIRE LES RS …. !!!!!

Frandroid

SUR LE MÊME SUJET

Laisser un commentaire

Close