" /> Test Red Dead Redemption 2 : une expérience sublimée sur PC, le GOTY 2019 c'est lui ! | Sendigital
JeuxJeux-Vidéos

Test Red Dead Redemption 2 : une expérience sublimée sur PC, le GOTY 2019 c’est lui !

Red Dead Redemption 2Comme vous devez certainement vous en douter, nous ne reviendrons pas sur tous les points déjà abordés dans notre test, l’année dernière. Ici, nous allons essentiellement nous focaliser sur ce qu’apporte la version PC par rapport au jeu original, et ça commence bien évidemment par l’aspect graphique. Si la scène d’ouverture demeure sublime, si les contrées enneigées proposent toujours une ambiance aussi singulière, il faut bien admettre que la première claque arrive quand la bande fait route vers l’Est. Le manteau blanc des montagnes laisse alors place à une nature impressionnante de réalisme, qu’il s’agisse de la faune ou de la flore. D’ailleurs, l’avantage d’avoir bouclé le jeu une première fois sur console, c’est que l’on peut désormais prendre le temps de scruter tous les détails à côté desquels on serait passé. Ils sont si nombreux que, parfois, on a l’impression que telle éclaboussure de sang, telle mousse sur un vieux tronc d’arbre, ou telle particule n’existait pas il y a un an. Evidemment que oui, sauf que le gain de puissance offert par le PC fait que l’ensemble de ces éléments saute immédiatement aux yeux. Par contre, en matière d’éclairage, il y a zéro débat avec cette superior version, sachant que Red Dead Redemption 2 ne fait aucunement appel au RTX. En plein jour, quand on pénètre dans le saloon de Valentine, on a droit à un festival d’ombres et de lumières ; et en manipulant la caméra, on parvient même à distinguer quelques traces sur les vitres. Le spectacle se poursuit quand on file faire un tour en forêt ne serait-ce que pour admirer les rayons de lumière qui s’emparent de la canopée.

De nuit, on vous conseille d’aller faire un tour à Saint-Denis ; c’était déjà fou sur consoles, on se mange une tarte sur PC.

Red Dead Redemption 2De nuit, on vous conseille d’aller faire un tour à Saint-Denis ; c’était déjà fou sur consoles, on se mange une tarte sur PC. On pourrait vous énumérer tous les spots que l’on a adoré redécouvrir avec ce cycle jour-nuit d’une autre dimension, mais on vous invitera juste à savourer de nouveau la mission où le clan se rend à la propriété des Braithwaite pour porter secours à l’un de leurs membres. « We will find him, we will bring him back to you, and we will kill any fool that had the temerity to touch one hair on that boy’s head » ; rien que de repenser à cette promesse de Dutch et la gestuelle qui va avec, on en a des frissons. Epique. A noter que la distance d’affichage a été rehaussée, ce qui renforce l’immersion et l’étendue de la map dont certaines zones nous étaient encore inconnues. Atteindre un sommet, sortir les jumelles et observer l’horizon, c’est total régal. Naturellement, pour profiter de tout ça dans d’excellentes conditions, mieux vaut avoir sous le coude un PC aux reins solides. Celui de la rédac’ est équipé d’un Intel Core i7-8700K, de 32 Go de RAM, et d’une NVIDIA GeForce RTX 2080 Ti ; cette configuration permet de faire tourner le jeu en 4K avec un framerate oscillant entre 40 et 50fps, et avec toutes les options à fond. Il y a moyen d’avoir de la 4K 60fps, mais dans ce cas, il faudra diminuer l’anti-aliasing, ce qui n’est pas dramatique en soi. Sachant que la RTX 2080 Ti coûte un bras (entre 1 100 et 1 800€ selon le modèle), les portefeuilles moins garnis pourront se tourner vers la RTX 2060 (aux alentours de 400€) qui est nettement meilleure que la GTX 1060 (environ 200€) recommandée par Rockstar Games. Enfin, pour la 2K, la RTX 2070 SUPER (qui tape les 600€) est disponible.

Red Dead Redemption 2Suite à de nombreux soucis techniques remontés par les joueurs – certains ont même alerté que Red Dead Redemption 2 ne se lançait pas – un premier patch a été déployé par les développeurs qui s’en expliquent sur le site officiel. Cette mise à jour ne règle pas tout, certes, mais elle permet de corriger pas mal de bugs en attendant la prochaine sur laquelle le studio planche déjà. En ce qui nous concerne, nous n’avons rencontré aucun souci depuis la sortie du jeu, vraiment. Puisqu’il faut bien proposer des fonctionnalités inédites, le PC bénéficie d’un mode « Photo » et des options habituelles, dont le filtre sépia qui colle parfaitement à l’univers du jeu pour le coup. Quant à la caméra, on peut très bien l’éloigner du personnage sur une vingtaine de mètres, histoire de réaliser des clichés plus axés sur les paysages. Toujours au rayon des ajouts, des missions de chasseur de primes, des chevaux, des campements, des amulettes, des armes, des cartes au trésor et un étranger font leur apparition, sans oublier Red Dead Online qui est immédiatement opérationnel. Côté prise en main, les inconditionnels du clavier/souris seront aux anges, et on les comprend : Arthur Morgan est nettement plus réactif durant les gunfights, et c’est un plaisir d’aligner les headshots avec une précision et une rapidité jouissives. En revanche, ce dynamisme accru peut déranger lors des phases d’exploration où l’inertie du personnage, couplée au tempo volontairement lent, est appréciable. D’où la nécessité d’ajuster la sensibilité du mulot pour un maximum de confort. Comme à l’époque de GTA V, ceux réticents au clavier et à la souris ont la possibilité d’utiliser une manette, les icones de l’interface se conformant alors tout de suite aux touches du pad. Pratique.

jeuxactu

SUR LE MÊME SUJET

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close