" /> Cameroun : Minette Libom Li Likeng exhorte les experts africains à proposer des solutions pour rentabiliser le Big data en Afrique | Sendigital
Africa

Cameroun : Minette Libom Li Likeng exhorte les experts africains à proposer des solutions pour rentabiliser le Big data en Afrique

[Digital Business Africa] –  La
réunion régionale africaine de suivi et d’examen du SMSI sur le thème : « les
technologies de l’information et des communications au service de la
réalisation des objectifs du développement durable
 » et la
réunion du groupe des experts sur le thème : « Promouvoir le secteur privé africain
à l’ère du Big Data
 » se sont ouvertes ce 03 décembre 2019 à
Yaoundé au Cameroun. C’était en présence de la ministre camerounaise des Postes
et Télécommunications, Minette
Libom Li Likeng.

Minette Libom Li Likeng et ECA
03 décembre 2019. Yaoundé. Hôtel La Falaise. La ministre Minette Libom Li Likeng prononce le discours d’ouverture de la réunion des experts africains rassemblés par l’ECA.

Citant les données du cabinet BearingPoint, la ministre estime qu’en 2030, les revenus générés par le Big data en Afrique atteindront 10 milliards de dollars. « Mais combien va rester en Afrique ? Combien de nos jeunes joueront un rôle de premier plan dans la création de cette richesse en fonction de leurs compétences et dans quelle mesure l’économie du Big Data transformera-t-elle nos secteurs privés et notre productivité ? », s’interroge  Minette Libom Li Likeng.

Ces questions trouveront un début de réponse à Yaoundé. Durant deux jours, les décideurs, les experts et les entreprises
du secteur des TIC et du secteur privé, les représentants des communautés
économiques régionales et des organisations intergouvernementales, les
représentants des organisations régionales et internationales, les praticiens
des télécommunications, les acteurs de la société civile, les universitaires et
chercheurs vont engager une réflexion sur la place et sur l’avenir des big data
dans le secteur privé en Afrique.

Evaluer les défis du
développement du Big Data en Afrique 

Sur la base de leur expertise, les participants sont chargés d’examiner un document de réflexion sur la place et l’avenir du Big data dans le secteur privé en Afrique en vue d’explorer le potentiel du Big data pour accélérer l’innovation pour le développement socio-économique du continent ; d’évaluer la situation actuelle et les défis du développement du Big Data en Afrique ; de fournir des recommandations aux décideurs africains pour le développement du secteur privé dans la réalisation des opportunités du Big data pour la transformation de l’Afrique et la réalisation des Objectifs de développement durable de l’ONU à l’horizon 2030 et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Notant que la révolution des données liée à la 4ème
révolution industrielle a donné lieu à une économie numérique mondiale extrêmement
transformationnelle, la ministre Minette Libom Li Likeng a déploré que
l’Afrique, en particulier son secteur privé, soit confrontée à trois défis majeurs
en ce qui concerne le big data qu’elle considère “indispensable” pour
les économies africaines.

D’après Minette Libom Li Likeng, le premier défi est celui de
l’accès aux infrastructures TIC. Puis vient la capacité insuffisante à analyser
les énormes quantités de données générées. Et enfin, le défi de la confiance
dans l’écosystème numérique. Ces défis, explique-t-elle, empêchent les
entreprises africaines de tirer pleinement profit des opportunités offertes par
le big data.

Adama Coulibaly, le Chef de la Section des initiatives
sous-régionales du Bureau sous-régional de la CEA pour l’Afrique centrale qui
représentait le Directeur du Bureau, a déclaré qu’«il est nécessaire que les
pays africains maîtrisent les enjeux du Big Data, afin de l’apprivoiser et d’en
tirer profit tout en garantissant la qualité de l’information produite, en
optimisant le traitement des données et en reliant tous les métiers basés sur le
big data en assurant la sécurité des données »sur le continent.

Mactar Seck
Mactar Seck de la Section de l’économie verte et de la technologie de la Division de la technologie, des changements climatiques et des ressources naturelles (TCND) de la CEA

Pour sa part, Mactar Seck de la Section de l’économie verte et de la technologie de la Division de la technologie, des changements climatiques et des ressources naturelles (TCND) de la CEA a, durant cette rencontre, souligné l’importance du rôle du secteur privé africain dans l’ère du Big Data. Il a par ailleurs présenté le contexte de l’activité du Centre numérique d’excellence de la CEA sur l’identification numérique, le commerce numérique et l’économie numérique.

Par Digital Business Africa

Lire aussi : Mactar Seck [CEA] : « Faut-il passer à un RGPD africain ? Réponse demain à Yaoundé»








Digital Business Africa

Tags

SUR LE MÊME SUJET

Close